Nous rejoindre – (ré)adhérer

Association professionnelle gérée par des enseignants bénévoles (sans décharge), l’Association des professeurs Documentalistes de l’Éducation Nationale (ex FADBEN) se compose d’une Fédération nationale et d’associations académiques ; dans notre académie, il s’agit de l’APDEN Académie de Grenoble.

Pourquoi adhérer ?

Adhérer à l’APDEN, c’est participer à l’évolution de notre métier, choisir d’être informé-e, être membre actif ou non. C’est aussi être libre de vivre son métier selon ses propres choix, tout en manifestant son intérêt pour celles et ceux qui œuvrent, parallèlement à leur travail, à asseoir la profession dans ses spécificités et sa singularité, à se préparer aux mutations professionnelles futures. Adhérer parce qu’il est important de mutualiser nos efforts, nos compétences : l’union fait la force.

En adhérant, vous participez, indirectement ou non, à mener des projets dont la vocation est de permettre à tous et à toutes de faire face aux mutations professionnelles : mettre en place une journée professionnelle académique annuelle, représenter la profession auprès des instances académiques, entretenir des relations avec les organisations syndicales, alerter celles-ci sur les spécificités de notre métier, vous informer, etc.

Comment adhérer ?

Téléchargez le bulletin d’adhésion ci-après et renvoyez-le à l’adresse indiquée en joignant un chèque de 35€ à l’ordre « APDEN Académie de Grenoble ».

L’adhésion comprend la transmission par courriel ou par liste de diffusion des informations nationales et des actualités de l’APDEN ainsi que l’abonnement à la revue semestrielle Médiadoc.

Tarif : 35€ pour l’année civile.

vignette doc pdfBulletin adhesion public 2021 (collègues de l’enseignement public)

Bulletin_adhesion_Donation (collègues de l’enseignement privé sous contrat ou membre bienfaiteur).

Ce qu’adhérer n’est pas…

Contrairement à certaines idées reçues, adhérer à l’APDEN n’est pas du militantisme syndical. Nous dépensons de l’énergie pour que notre spécificité enseignante soit reconnue, par l’institution, par nos directions et que nous puissions mettre nos compétences au service des élèves, chacun.e en fonction du contexte dans lequel il ou elle évolue. Nous ne demandons pas un service de 18h ou un enseignement de l’information-documentation, mais que nos heures d’enseignement soient reconnues comme telles quel que soit le contexte dans lequel nous exerçons notre mission pédagogique, y compris dans les situations de co-enseignement et d’inter-disciplinarité pour lesquelles nous avons développé une expertise, ce qui représente selon nous une plus-value pour notre système éducatif et doit être reconnu à sa juste valeur. Nous nous appuyons sur l’ensemble des syndicats pour faire progresser la reconnaissance de notre profession.